La sécurité

Un mot utilisé sans cesse, quelque fois même à tort, et dont le sens est parfois galvaudé. Nous parlons ici de sécurité tangible, un concept réel auquel on peut être confronté lors de nos sorties et expéditions. Et c’est en pensant à la sécurité, en l’intégrant dans nos choix et dans notre préparation que nous éviterons de nous retrouver en situation de danger. Je considère souvent que c’est en grignotant les marges de sécurité que l’on se met en situation de danger potentiel, car si un imprévu survient dans ces conditions, on ne dispose plus d’une lattitude d’action suffisante. C’est en prévoyant qu’une situation très peu favorable puisse se présenter, que l’on sera le plus apte à y faire face le cas échéant.

Soyons concrets : Pour une randonnée dans des conditions idéales, un équipement très léger pourrait suffir. Mais comment s’en sortirait - on face à une pluie battante sur les sentiers pentus, rocailleux et parsemés de racines comme ceux que l’on trouve très souvent ici à La Réunion. En temps normal, chaussé de mocassins bateaux avec une sacoche d’ordinateur en bandoulière on s’en sort (vu sur le sentier scout … ). Mais avec un tel équipement, il ne faudrait pas qu’une pluie même légère ne s’abatte. Cela entrainerait une progression plus lente avec le risque d’arriver de nuit. Une lampe frontale au fond du sac ? Non ? Ah, là on risque de se perdre! Pas de vêtement chaud et/ou imperméable ? Non ? Ah, là on risque l’hypothermie. Et puis avec une paire de chaussures slick au pied, de nuit, stressé, fatigué et trempé, on n’est pas loin de la chute, et de la rectification en règle du genoux ... J’espère que le N° du PGHM (Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne) est en mémoire dans le GSM, que celui ci est chargé …

Quand je pars en Trek, avec mes enfants ou avec un groupe hétérogène, je prends 2 litres d’eau de plus qu’il n’en faudrait, des vêtements que j’espère ne pas avoir à utiliser, une lampe frontale, une trousse à pharmacie que les urgences de Saint Paul m’envient, de la nourriture comme si je partais pour 2 jours de plus ... Je suis large, j’ai de la marge!

Alors même si tu pars courir en fin de journée, une boucle qui se fait en 70 min en temps normal, dis toi que ce soir ça ne sera peut être pas “normal”. Emporte une frontale, une veste coupe vent/déperlante. 250g pour la première, 100g et le volume d’un poing pour la seconde, qui peuvent être d’un grand secours si le temps se gâte … Et à l’objection du surplus de poids emporté, je répondrais : Entraines toi difficile, tu joueras facile ...

L’équipe 0-3000



Il n'y a aucun commentaire soyez le premier.